Quels sont les dangers à éviter pour la vue des enfants

Un constat alarmant : on dénombre 34% des enfants âgés entre 3 à 10 ans souffrant de problèmes de vue. Un chiffre qui a augmenté depuis 2017, avec 2% supplémentaires. En tant que facteur décisif pour apprendre à marcher et à lire, les yeux des enfants jouent un rôle essentiel.
Alors que se passe-t-il, qui sont les coupables face à ce phénomène grandissant ?
Général d'Optique vous dit tout aux parents sur les deux menaces qui pèsent sur les yeux des enfants et sur leur qualité de vie, à savoir les écrans et les rayons uv. Vous découvrez également les moyens de protéger la vision de vos enfants face à ces dangers grandissants.


Plusieurs catégories de lumière : visible et invisible

Concrètement, il existe deux catégories de lumière : la lumière visible et la lumière invisible. Chacune dispose de caractéristiques propres et révèlent des dangers distincts.
La lumière visible se ressent et se voit. En fonction de l'environnement, son intensité varie (relief, emplacement, conditions climatiques). Les dangers de la lumière visible sont multiples : la gêne, l'éblouissement, une baisse de vision temporaire ou encore la fatigue.
Deux types de rayons composent la lumière invisible. Il s'agit des infrarouges et des ultraviolets (abréviation UV). Ces derniers regroupent 3 sous-catégories.
Les UVA : L'action des UVA est plus lente et c'est sur le long terme que l'on mesure ses effets. Ils sont également plus importants en quantité.
Les UVB : Ce sont les UV les plus dangereux en raison de leur nocivité. Ils sont à l'origine de symptômes affectant la vision, et de brûlures.
Les UVC : On les rencontre principalement en altitude. En raison de l'effet de réverbération sur la glace ou la neige, ils sont extrêmement dangereux.
Dans des conditions particulières, les infrarouges sont à l'origine d'une augmentation de la température et d'un dessèchement (par exemple dans le désert ou en haute montagne).

Conséquences de l'exposition des yeux des enfants aux rayons du soleil

A l'identique de la peau, on ne ressent pas immédiatement les effets liés à une surexposition intensive et répété. Les conséquences sur les yeux des enfants ne se manifestent donc pas toujours à court terme. Au total, on recense 3 catégories de risques :
Immédiats : en l'absence de protection adéquate, une exposition prolongée aux rayons UV génère une inflammation plus ou moins importante de la cornée. On parle de kératite ou bien, dans le cas le plus sévère, d'ophtalmie (coup de soleil de la cornée). Dans un environnement montagneux ou balnéaire, les risques sont multipliés par dix. Principaux symptômes : des yeux douloureux, rouges et larmoyants.
A moyen terme : l'enfant risque de souffrir de photophobie. Ce problème survient suite à une exposition non protégée et prolongée. Principaux symptômes : des yeux enflammés, douloureux et sujets à une sécheresse (sensibilité ou intolérance à la lumière), fourmillements dans les membres, nausées et étourdissements.
A long terme : des pathologies oculaires peuvent se développer précocement suite à une exposition au soleil. Les adultes peuvent être atteints de maladies telles que la DMLA (la dégénérescence maculaire liée à l'âge touchant la rétine) ou la cartaracte, qui touche le cristallin par une perte de transparence.
A savoir : il ne faut pas sous-estimer le phénomène de réverbération. En effet, si le soleil présente un risque important lorsque les yeux regardent directement dans sa direction, les éléments naturels réverbèrent de 10 à 80% les UV. En exemple on peut l'écume de mer (25%), le sable de la plage (15%) et la neige (80%).

Les moyens de protection

En premier lieu, il faut s'équiper de lunettes de soleil adaptées mais également d'un chapeau ou d'une casquette. Sitôt que votre bébé commence à bien se tenir assis ou même debout tout seul, vous pouvez lui mettre des lunettes de soleil sur le nez. Le danger est très marqué entre 11h du matin et 16h entre mai et août. A noter également : la présence de nuages ou de vent n'enlève en rien l'action des UV.
Avant l'âge d'1 an, on estime que 90% des UVA et la moitié des UVB parviennent jusqu'aux cellules et à la rétine d'un bébé. Le cristallin ne joue véritablement son rôle de filtre qu'à l'âge de 12 ans de votre fille ou garçon, lorsqu'il est totalement formé. Les tout jeunes enfants n'acquièrent pas non plus rapidement le réflexe de cligner les paupières. Ils sont donc inconscients du danger que représente la luminosité, surtout car ils ne ressentent aucune gêne ni douleur en fixant longuement le soleil. Pour eux, la dangerosité des rayons au niveau de leurs yeux n'est pas une évidence. Il est donc, dès leur plus jeune âge, nécessaire de leur faire porter des lunettes de soleil avec des verres adaptés contre les UV.

Les dangers liés aux écrans

Difficile de passer à côté des écrans au quotidien ; en raison de la digitalisation massive et des avancées technologiques majeures, les enfants se trouvent très jeunes en contact avec les jeux vidéo, les smartphones, les tablettes et les ordinateurs. Dès l'âge de l'adolescence, on constate que les adolescents et jeunes adultes passent plus de temps devant ces écrans que pour l'ensemble de la population. Mais ils sont, par conséquent, face au risque de développer une maladie de la rétine, car ils sont exposés à la lumière bleue émanant de ces écrans.

Les différentes catégories de lumière bleue

Dans la catégorie des lumières visibles, on trouve les lumières bleues, qui sont au nombre de 3. Ce sont ces lumières qui sont le plus diffusées par divers modèles de lampes et par les écrans.
La plus diffusée est la lumière bleue visible. C'est aussi la plus énergétique. Elle est également présente naturellement, lorsque vous regardez en direction du ciel. La lumière la plus bénéfique pour la santé est la lumière bleu turquoise ; son rôle est essentiel dans la régulation de l'horloge biologique. Faiblement présente, c'est toutefois la lumière bleu-violet qui est la plus dangereuse pour la santé. On retrouve cette catégorie dans les écrans, ou encore les éclairages à LED qui sont des sources lumineuses dites artificielles.

La lumière bleue : quel danger sur la vision des enfants

Lorsque les enfants passent du temps devant un écran, leurs muscles oculaires sont très sollicités, ce qui peut occasionner une fatigue visuelle chronique. En fonction de la distance qui les sépare de l'écran, ils peuvent à terme souffrir d'une myopie. La lumière bleue, omniprésente autour de nous, joue un rôle sur notre rythme biologique. C'est grâce à elle que sont sécrétées les hormones du sommeil, à savoir la mélatonine. Elle est donc essentielle pour la régulation des cycles de sommeil ou d'éveil. Lorsqu'un enfant présente un niveau de mélatonine trop faible, son équilibre biologique est affecté, pouvant lui provoquer des insomnies. Dès qu'il est exposé à un écran avant l'heure du coucher, son cerveau est maintenu en mode éveil, car il reçoit un message contradictoire. A noter également qu'une sécheresse oculaire peut toucher les yeux, lorsqu'ils sont de façon prolongée face à un écran.

Comment se protéger des effets nocifs de la lumière provenant des écrans

Avant l'âge de 3 ans, il est nécessaire d'empêcher les enfants d'accéder aux écrans. Les tout-petits évitent ainsi de subir une sécheresse oculaire ou les effets de fatigue. Entre 3 et 6 ans, les enfants ne doivent pas avoir accès aux écrans plus d'1 heure par jour (toutes catégories confondues).
Il faut les asseoir à une distance de 3 m de la télévision, et à environ 60 - 80 cm de l'écran d'ordinateur. Environ 3 fois par heure, soit toutes les 20 minutes, il faut qu'ils fassent des pauses afin de reposer les yeux. Et le plus important : pour reposer leurs yeux et favoriser le développement de leur vision, leur proposer principalement des activités en plein air.

Pour conclure

Les écrans et le soleil représentent les facteurs de danger les plus importants pour la santé visuelle des enfants.

Chez l'enfant, le système optique met du temps à se développer et ne représente pas une protection optimale face aux infrarouges et aux ultraviolets, à l'inverse des adultes. Dès que possible, équipez vos enfants avec des lunettes de soleil assurant une parfaite protection (normes CE). Ainsi, vous limitez les dommages sur le terme. Encouragez-les à les porter tout en leur expliquant la raison, afin que cela devienne un automatisme. Pour éviter de mettre la vue de l'enfant en danger, attendez que la vision soit entièrement développée avant de le laisser regarder les écrans. En tant que père et mère, si vous ne pouvez certes pas freiner l'envie chez votre enfant de consulter les écrans, prenez soin de limiter le temps de consultation des écrans et des smartphones, et imposez des temps de pause pour leur confort. Ils ne doivent pas non plus les consulter de trop près. En cas d'apparition de symptômes ou de signes avant-coureurs d'un dysfonctionnement visuel, prenez vite rendez-vous chez un spécialiste pour un diagnostic et prescription de lunettes de vue avec verres correcteurs.
Avec ces précieuses informations en tête, vous voici fin prêts à limiter les risques de développement de défauts visuels chez vos enfants.

Prenez rendez-vous en magasin

+ de 600 magasins près de chez vous

Prendre un rendez-vous